La marque

Pourquoi Mémé Georgette ?

Mémé : cela vient tout simplement du fait que je suis un gamin du Nord, de Coudekerque-branche exactement, la banlieue de Dunkerque, et là-bas « grand-mère » se dit Mémé.

Et pour Georgette, il ne faut pas aller chercher bien loin : c’était le prénom de ma grand-mère maternelle.

Pourquoi avoir donné ce nom à cette marque de produits bio ?

De l’amour et du caractère ! L’amour d’une grand-mère pour son petit-fil qui lui dit aussi « je t’aime » en lui faisant des bons petits plats, et du caractère pour se battre contre la mal-bouffe, les produits qui ne respectent ni l’environnement, ni leurs clients. Mes produits sont un partage de cet héritage.

Pourquoi le bio ? Je ne sais faire que cela, car pour moi se sont juste des produits parfaitement normaux. Vu l’état de la planète, je ne comprends même pas que l’on puisse encore produire autrement : c’est criminel ! C’est sur les autres produits qu’il faudrait un logo pour avertir du danger pour la santé et l’environnement.

Ma Mémé n’aurait pas voulu ce monde pollué pour moi, et il m’est impossible de laisser ça à mes enfants sans rien faire. Alors même si c’est une goutte d’eau dans l’océan de choses à faire, n’oublions pas qu’elles font les grandes rivières. C’est une action à mon échelle, mais c’est une action. Arrêtez de vouloir changer le monde, changez le monde.

Développer le bio est l’un des gestes minimum que l’on puisse faire pour respecter la terre de nos ancêtres que l’on emprunte à nos enfants.

Et fort d’une expérience de plus de 25 ans, je ne souhaitais pas créer une marque de plus, avec un marketing plus vert que vert : le green-washing des multinationales qui se rachètent une image à défaut de vouloir se racheter une conscience.

Me voilà donc en route vers mon agence de « com » que j’appelle aussi le « psy » de l’image.

Leur analyse :

Qui suis-je ? : entrepreneur au caractère, parait-il, bien trempé et au dialogue plutôt direct, voire cash ! Bon d’accord, je pense que la vie est bien courte pour avoir le luxe d’un manque de franchise dans les échanges, mais c’est aussi et surtout, que cela vient de l’héritage de ma mémé, ce personnage à la générosité extraordinaire, débordant d’amour et qui s’exprimait… comment dire : « sans filtres ».

1er fil conducteur : et bien voilà, s’adresser directement, sincèrement et avec amour au consommateur sans chichis marketing, c’est ce que je souhaite. De plus, la terre de nos enfants n’a plus le luxe du superflu ! Le bio est une urgence minimum et indispensable. Le nom de la marque « Mémé Georgette » était né. Mémé pour l’amour et Georgette pour le caractère, la force de faire bouger.

Le logo : j’ai eu des propositions de graphisme de différentes grands-mères stylisées, mais rien ne me plaisait ! Toujours avec mes « psy » de l’image lors d’une réunion, je leur ai dit «pourquoi styliser un personnage qui existe vraiment et comment un dessin peut-il s’adresser directement aux consommateurs ? Je veux un vrai portrait ! ». Ils me l’ont déconseillé, car non courant, trop dangereux, trop risqué, pas assez politiquement correct. C’est donc pour cela que j’ai décidé de le faire, oui, par esprit de contradiction mais aussi pour exprimer une identité forte qui refuse les conventions ennuyeuses.

Mémé Georgette n’est pas une marque de plus : goûte mes produits et tu comprendras.

Charles

Le petit-fils de Mémé Georgette

sans-palme

ce n’est pas « un coup avec, un coup sans » : c’est une gamme 100% sans de l’huile de palme !

logo_ab_communication100212_EU_Organic_Logo_IsoC

évidement 100% bio (certifié par logo_ecocert)